Retour sur le millésime 2016


Et voilà ! Les vendanPuits de Rezé Novembreges se sont terminées le 14 octobre, les derniers rouges en macération ont été décuvés 15 jours plus tard, les fermentations alcooliques sont presque toutes terminées, les malos sont en cours et le millésime 2016 a remplacé le millésime 2015 en barriques. C’est maintenant le temps de l’élevage où les vins vont s’affiner et s’arrondir au contact des lies, et le temps de faire le bilan sur ce deuxième millésime au Clos Frémur.

 

Le moins qu’on puisse dire, c’est que 2016 aura été un millésime mouvementé ! Heureusement que j’avais pu me faire la main en 2015, avec une campagne ni trop humide, ni trop sèche et sans trop de pression de maladies.

L’année a commencé à se compliquer très tôt, avec 4 épisodes de gelées entre le 18 avril (la nuit juste après les Portes Ouvertes…) et début mai : les jeunes pousses se dessèchent alors et les grappes qu’elles portaient avec elles. Les ceps mettent souvent deux ans avant de retrouver une production normale et la taille d’hiver s’en trouve compliquée. Au Clos Frémur, les gelées ont provoqué quelques dégâts dans toutes les parcelles, mais les grosses pertes se sont heureusement cantonnées au bas du clos du Puits de Rezé.

L’autre marque du millésime, c’est ce printemps très pluvieux ! Avec pour conséquences des sols gorgés d’eau, et donc des racines de vigne qui se développent mal, et surtout un développement explosif du mildiou ! Les pluies se sont heureusement arrêtées début juillet, stoppant ainsi le développement de l’épidémie, mais le champignon avait eu le temps de dessécher quelques grappes au passage…

Et puis le temps est heureusement parti au sec début juillet, et ça dure encore en novembre ! Sur les sols très peu profonds de Frémur, cette sécheresse a même fini par bloquer un moment la maturité de certaines parcelles, mais les raisins ont pu mûrir tranquillement, sans risque de pourriture.

Le bilan de tout cela, c’est une récolte très saine, avec de très jolis vins sur le fruit, qui se goûtent déjà très bien… mais 45% de vin en moins par rapport à l’an passé (spéciale dédicace aux pigeons qui ont fait la course avec moi durant la dernière semaine de vendange pour bien nettoyer toutes les parcelles…) ! Il n’y aura donc pas de rosé en 2016 et peu de CheninPan et d’homme des Cabernes. Mais j’ai heureusement encore beaucoup de 2015 !

vins2015