Le projet complet


 PDF

Le VERGER-MARAÎCHER du clos Frémur

Un projet agricole innovant aux portes d’Angers

Historique :

Le Clos Frémur se situe à 4 km du centre historique d’Angers, sur la commune de Sainte-Gemmes-sur-Loire à la confluence de la Loire et de la Maine.

Sur les pentes de la Butte de Frémur, sa situation lui confère une multiplicité de potentiels, allant de la production maraîchère sur des sols fertiles, profonds et irrigables, à la production de vins de terroir sur les sols caillouteux. Cette situation privilégiée a permis en 2015 l’installation de deux projets agricoles, le Domaine et la Ferme du Clos Frémur.

  • Le Domaine du clos Frémur est un vignoble de 5 hectares situé dans un rayon de 800 mètres autour de la cave. Il est géré par Anthony ROBIN.

  • La Ferme du clos Frémur produit des légumes variés et de saison vendus soit à la ferme sous forme de paniers sur commande, soit en magasins bio et restaurants gastronomiques à Angers. Sébastien BRAZILLE, maraîcher passionné par la diversité végétale, produit une large gamme variétale ainsi que des semences potagères. Cette terre agricole s’étend sur 4 ha et comprend une parcelle de 1ha25 appelée « La Ruelle » et située sur Angers. 

« La Ruelle » est située dans le quartier de la Roseraie, à 500 m de la ligne de tramway et du centre culturel Jean Vilar. Avec près de 24 000 habitants, ce quartier est le plus peuplé de la ville d’Angers. Dans les années 50, il comptait plus de 80 fermes principalement maraîchères ; cette parcelle est l’une des dernières préservées de l’urbanisation. C’est un îlot de verdure dans un cadre calme, bordé d’une prairie, d’arbres, de haies et de jardins privés.

Une idée innovante pour « La Ruelle » : de l’auto-récolte sur abonnement.

Nées en Belgique, les premières expériences ont déjà 10 ans et 7 projets sont toujours en cours dans la zone périurbaine de Bruxelles. Notons le caractère inédit d’un tel projet en France.

Tout commence par un contrat d’abonnement avec engagement annuel entre un maraîcher et environ 150 abonnés susceptibles d’être accueillis sur la parcelle de « la Ruelle ». 

Le maraîcher s’occupe de cultiver une offre variée de légumes, plantes aromatiques et fruits de saison, en agriculture biologique, pour la consommation personnelle des abonnés. 

L’abonné se charge de les cueillir pendant toute la saison, pour sa propre consommation. Dans le respect de la charte associative et du contrat d’engagement, l’accès est libre pour l’abonné qui passe quand il le souhaite sur la parcelle. La cueillette s’organise sur les consignes du maraîcher qui signale par des drapeaux de couleur les parcelles accessibles (vert) et non accessibles à la récolte (rouge). En fonction du calendrier des récoltes6, un mail hebdomadaire est envoyé précisant les quantités récoltables limites pour un partage équitable entre tou(te)s les abonné(e)s.

Un aménagement de l’espace en agroforesterie permettra à terme de compléter l’offre potagère par des fruits. Les plantations de haies et d’arbres fruitiers seront réalisées par les maraîchers (Sébastien BRAZILLE et Baptiste CANEVET) en partenariat avec l’association AGGRADE (Laura BOUSSERONDE et Maxime ROUAULT). Cette dernière a pour objectif de participer à la régénération de la biodiversité des espaces naturels et cultivés par la plantation, la restauration et l’entretien de haies, arbustes et arbres fruitiers.

Ce nouveau mode de production, associant légumes et arbres fruitiers, fera l’objet d’un suivi agronomique en partenariat avec Agrocampus Ouest Angers, école d’ingénieur en horticulture et paysage, qui sera mené par la référente Pascale GUILLERMIN.

L’objectif est de collecter des données visant à étudier le fonctionnement de parcelles conduites en agroforesterie (« le verger-maraîcher ») afin de produire de nouvelles connaissances à destination du milieu professionnel. Dans cette optique, Agrocampus Ouest s’est positionné sur l’appel d’offre de la Région intitulé « CLES » (Co-construction Ligérienne pour l’Emergence des Savoirs) avec divers partenaires dont le Clos Frémur.

Constat, étude de faisabilité et émergence du projet :

Dans un contexte de révision du PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal) prévue en 2017, les enjeux autour de cette parcelle agricole urbaine, sont donc multiples :

  • remettre en production une parcelle en friche depuis plusieurs années ;

  • créer une activité économiquement viable qui favorise l’installation d’un porteur de projet et crée un emploi ;

  • concevoir un modèle économique et technique reproductible, pérenne, autonome financièrement ;

  • favoriser une agriculture urbaine biologique et écologique.

Ce projet a fait l’objet d’une étude de faisabilité et a été support de travaux pédagogiques pour huit étudiants d’Agrocampus Ouest. Ces derniers sont allés à la rencontre d’un grand nombre d’habitants du quartier de la Roseraie (430 personnes) pour recueillir leurs avis sur les aspects organisationnels (« sont-ils prêts à venir cueillir ? ») et économiques (« combien sont-ils prêts à payer ? ») du projet. En parallèle, une analyse technico-économique des potentialités de la parcelle a confirmé la viabilité économique du projet sur le long terme. Cette première étude a effectivement montré que toutes les conditions étaient réunies pour développer un modèle agricole vraiment novateur, écologique, économique et porteur de richesses sociales. En résumé, il est possible de relever un double défi sur cette parcelle de 1,25 ha :

– Le premier défi consiste à créer un emploi de maraîcher à plein temps en permettant à la personne recrutée de travailler, en accord avec son éthique personnelle, sur son cœur de métier : la production (et non le conditionnement ou la vente). La réduction des impacts environnementaux, de la production de déchets et de la surconsommation de ressources externes (emballage, transport…) seront au cœur de ses préoccupations.

– Le second défi sera assumé par le maraîcher, qui aura pour mission d’offrir aux habitants une diversité de légumes, fruits et autres aromates, parfois rares et chers sur les étalages. L’ensemble de ces produits sera récolté à maturité, pour plus de saveurs, par les abonnés cueilleurs qui prendront en charge ramassage, nettoyage et le conditionnement, avec un coût de production diminué de 30% par conséquent.

Ce projet présenté aux habitants du quartier a fédéré rapidement l’adhésion de plusieurs d’entre eux, autour d’un noyau central de citoyens motivés (Francine, Fabrizio et Paul) prêts à s’investir pour la création de l’association « La Cueillette du Clos Frémur ». Les objectifs de l’association sont les suivants :

  • regrouper des consommateurs conscients et désireux de s’impliquer dans une activité agricole urbaine ;

  • proposer des légumes et fruits de saison en auto-récolte aux habitants du quartier sans intermédiaire, à un juste prix et sans coût de récolte ;

  • promouvoir une agriculture durable, socialement équitable et écologiquement saine ;

  • renforcer les liens sociaux, intergénérationnels et interculturels.

En outre, pour faire de cette parcelle un vrai lieu de rencontre et de partage, une zone pédagogique et de convivialité de 500 m² sera réservée aux adhérents de l’association et aux abonnés. Des tables de pique-nique, un aménagement paysagé, un petit abri…, sont à imaginer pour renforcer encore la convivialité du lieu.

Le financement du projet par les citoyens !

Pour une réalisation optimale, un financement de 25 000 € est nécessaire pour les 3 grands postes suivants :

  • 10300 € pour la mise en route de l’activité maraîchère (irrigation, serre 600 m², aire de lavage, matériels agricoles) ;

  • 10300 € pour la plantation d’arbres fruitiers, petits fruits et haies (fournitures et installation de 100 arbres fruitiers, 700 plants de petits fruits et 150 mètres linéaires de haies fruitières) ;

Ce projet a été lauréat du concours national « Arbres d’avenir », qui vise à soutenir des projets agroforestiers ambitieux! Une dotation de 5000 € a déjà été collecté :

https://www.facebook.com/arbresdavenir/

Ce projet innovant, social, scientifique, écologique et local ne peut pas être porté par une seule personne ! Nous avons déjà établi de solides collaborations avec des partenaires (la CIAP : Coopérative d’Installation en Agriculture Paysanne et Agrocampus Ouest), le soutien des habitants du quartier est acquis grâce à l’association de « La Cueillette du Clos Frémur », et aujourd’hui nous sollicitons auprès de vous toutes et tous, le petit coup de pouce financier qui nous permettra de démarrer à plein régime dès cet automne pour les premières cueillettes au printemps.

La campagne de financement participatif est lancée en novembre sur le site internet www.leclosfremur.fr.

Grand merci d’avance pour tout votre soutien, quel qu’en soit le montant !

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe de personnes peuvent changer le monde.

En fait, c’est toujours ainsi que le monde a changé. »

Margaret Mead

L’équipe de la Cueillette du Clos Frémur.